Découvrez notre rendez-vous mensuel :

le CAC’CAFÉ

— prochain rdv mardi 31 mai 2022 à 9h — en visio ou présentiel

Le principe est simple : 1h30 d’échange sur une thématique qui change tous les mois. Un temps pour se parler et se connaître entre membres du CAC . L’occasion d’échanger sur nos actualités associatives et politiques, les chantiers et projets, et pourquoi pas finir par une petite revue de presse collective et se proposer lectures, vidéos, podcasts…

Nous avons débuté le 2 décembre avec une thématique d’actualité : la nouvelle étude de notre Observatoire des Libertés Associatives. Ensuite le mardi 25 janvier portait spécifiquement sur les dangers du « contrat d’engagement Républicain »** entré en vigueur le 1er jan 2022. Pour bien comprendre, voir le webinaire réalisé par Le Mouvement Associatif le 20/01/22 : diapos et vidéo

Les séances se poursuivent avec avec un nouveau thème chaque mois. La prochaine sera celle du 31 mai 2022 et portera sur la présentation de l’Université d’été des associations citoyennes à Lille du 5 au 7 juillet.

… pour vous inscrire …

[maxbutton id= »1″ url= »https://framaforms.org/caccafe-davril-a-juin-2022-a-9h-1647439020″ text= »Inscription d’avril à juin » ]

Déroulé type (à adapter selon les sujets)

  • 9h – accueil, présentation de la matinée

Présentation mutuelle via un petit tour de table, chacun est invité à dire « un mot du mois » ou « un chiffre du mois » (prétexte à partager un sujet de préoccupation)

  • 9h30 – le quart d’heure d’info du CAC

Le groupe de coordination à la parole pour éclairer le travail en cours, les avancées des chantiers, les rdv à venir, etc. (Ce temps s’il est filmé-enregistré peut ensuite servir de « bulletin de liaison »).

  • 9h45 – Temps de questions-réponses sur l’actualité du CAC
  • 10h – La revue de presse du mois et/ou échange de conseils de lectures, de vidéos…

Sur la base du volontariat, un.e participant.e a préparé une revue de presse.

Prise de parole des participant.e.s sur leur découverte du mois, de la semaine, du jour : un livre, article, un film, documentaire, texte, événement, vidéo, podcast …. à partager au groupe.

Les sujets abordés précédemment :

Les luttes

1/ Lutte contre marchandisation culture et action asso = ciné la Clef

2/ Les nouvelles règles des PEC

3/ Le travail social en lutte

 

1/ lutte contre marchandisation culture et action associatives = ciné la Clef

JB rappel histoire de ce dernier ciné associatif à Paris né vers les années 70

Occupation des lieux depuis plusieurs mois puisque le groupe SOS cherche à racheter le lieu

Expulsion le 1er mars

Débat du 4 mars : https://cac.paquerette.eu/?p=16017

Hier le 28 mars : conf publique  à la bourse du travail : https://cac.paquerette.eu/?p=16070

Projet –au départ  rejoigne le réseau clip (réseau de lieux en propriété d’usage) = créer un fond de dotation pour en faire une propriété d’usage (avec au départ la foncière Antidote qui a changé de nom depuis).

Dernière nouvelle : la responsable du CE de la caisse d’épargne (propriétaire actuel du ciné) est (enfin) ok pour les rencontrer

Le Collectif à maintenant le Soutien de la mairie de Paris et de la région IDF sur son projet

Projet solide qui comprend aussi un projet architectural (le lieu vieilli) repensé avec des architectes (intégrant notamment  le « studio 34 » de création qui s’est créée durant la dernière période d’occupation).

Lien avec Mairie de Paris à l’occasion du CPA (conseil parisien des associations né suite à la signature d’une charte d’engagement réciproque entre la Ville et les asso parisiennes) le CAC a joué la carte de cette influence puisqu’il en fait partie.

 

2/ les nouvelles règles des PEC

 

Pour information nous préparons un communiqué en réaction à la transformation récente (22 fév 2022) des contrats Parcours Emploi Compétences actuels.

En effet alors qu’une disparition brutale des CUI-CAE avait marqué le début du quinquennat Macron [Début de mandat: on pilonne les emplois aidés / fin de mandat: on les achève dixit Benoît du REFER] , une toute nouvelle circulaire a entrainé de nouveaux arrêtés préfectoraux sur toute la France qui viennent modifier les choses en termes de pourcentage d’aide (et là l’application dépend des Préfectures) et de renouvellement des contrats (il y a un an on pouvait envisager de les reconduire sur 24 mois, voire plus pour les plus de 58 ans) qui sont maintenant tous bloqués à 6 mois maximum.

  • Ruptures de parcours à un niveau individuel et risques de licenciement avec un accent sur les + de 58 ans + rupture de parcours aussi pour les associations
  • Incohérence fondamentale entre la durée de la prise en charge (10 mois + 6 mois de renouvellement incertain) et la capacité des structures à mettre en place un accompagnement adéquat et une action réelle de formation
  • Aucune annonce publique: rupture de confiance avec les associations employeuses et exacerbation de leur précarité et d’un climat d’incertitude => pousse à des arbitrages impossibles entre pérenniser l’emploi et rester à flot économiquement
  • Hausse brutale et soudaine de la masse salariale pour les associations employeuses : destruction d’emplois, fragilisation des activités et hausse cachées de cotisations sociale

Le CAC l’a appris en étant directement concerné pour le renouvellement d’un contrat et a été interpellé par le réseau REFER (ressourceries/réemploi) plus largement impacté.

Pénicaud en 2017 à l’arrêt des CUI/CAE a dit « couteux et inefficaces » ces contrats MAIS selon une étude publiée en 2019 par la Dares, 49% des personnes ayant effectué un tel contrat dans le secteur non marchand (CUI-CAE) déclarent être en emploi six mois après (et 65% trois ans après). C’est aussi le cas de 58% de ceux issus d’un emploi d’avenir non marchand six mois après !

Question de la parole de l’Etat… remet en cause ses engagements !! Tout l’inverse des chartes d’engagements réciproques développées (niveau nationale et leurs déclinaisons locales voire sectorielles).

Non justement JM Borello ne veut pas d’avenir ministériel qui l’empêcherait de laisser libre court à son entreprenariat !

3/ Rencontre nationale du travail social en lutte – 11 mars

Le CAC était donc à la 8ème rencontre nationale du travail social en lutte qui avait lieu à Poitiers le 11 mars dernier. 

Lors de ces rencontres environ 80 personnes étaient présentes venues de 25 départements, il y avait une bonne dizaine de collectifs et des représentants des syndicats Sud, CGT, FSU. 

Ils sont d’abord revenus sur la mobilisation historique pour ce secteur du 7 décembre dernier lorsque plus de 50 000 personnes ont manifesté partout en France pour dénoncer la dégradation des conditions de travail et d’accueil. Cette forte mobilisation est aussi le résultat d’un travail de fourmi mené par ces rencontres pour fédérer les collectifs parfois minuscules qui sont apparus partout dans le travail social ces dix dernières années.

Chacun de ces collectifs surgit souvent à partir d’un point de bascule. Par exemple, le collectif « le social brule » à Marseille se créé en 2018 à l’annonce de la baisse radicale de subvention pour deux accueils de jour. Dans le Nord, le collectif « le social déchainé » se créé en 2017 après une assemblée générale organisée par une intersyndicale où les travailleurs sociaux découvrent que ce qu’ils pensaient vivre chacun de leur côté dans une urgence permanente est une réalité partagée par beaucoup, le collectif se construit alors pour penser ce qui arrive au secteur du social dans la durée.

La plupart des collectifs s’inscrivent dans cette optique, rassembler au-delà des étiquettes syndicales, les professionnels syndiqués ou non, pour partager les réalités, les décrypter et organiser les luttes contre, en vrac, les mises en concurrence entre associations face aux appels d’offre qui poussent à faire toujours plus avec toujours moins, l’absence d’espace de pensées (ces espaces collectifs répondent aussi à ce manque), les pratiques délétères voire la montée des maltraitances parce que les professionnels sont noyés dans les urgences ou dans des lieux d’accueil débordés ( hébergement d’urgence, foyers de protection de l’enfance…).

Ces collectifs peuvent également être le lieu d’une repolitisation à partir du terrain alors que les professionnels du social sont parfois dépolitisés et ont intégré l’arrivée depuis de nombreuses années dans le secteur social de pratiques de management issu du monde de l’entreprise, le formatage des formations du social en ce sens a également aidé à cette dépolitisation. 

Face à la naissance de tous ces collectifs, une première rencontre nationale du travail social en lutte a lieu en 2018 en Seine Saint Denis de façon assez confidentielle… puis avec des hauts et des bas ces rencontres ont essaimé, créé des liens entre collectifs, des ponts entre syndiqués et non syndiqués, public, privé, associatif ou non, autour du travail social avec souvent les mêmes constats sur les pratiques empêchées. Ce travail de fourmi a permis donc  cette mobilisation historique pour le secteur social le 7 décembre dernier.

Une mobilisation qui a sorti un petit moment ce secteur de l’invisibilité dans laquelle il est souvent plongé.  Il a également poussé le gouvernement à réagir, la sortie récente le 10 mars (et en urgence) du livre vert du travail social après une mission confiée par Olivier Veran en janvier dernier montre une tentative de calmer la colère. Pas sûre que cela marche parce que ce livre vert  (propositions qui doivent être discutées –processus de réflexion avant un livre blanc qui fait des préconisations) propose une refonte complète du cadre professionnel (convention collective) des formations (qui viennent déjà d’en subir plusieurs) – Livre blanc* avant fin 2022 pour désigner une feuille de route (un autre collectif du travail social, avenir éduc, propose en réaction un livre rouge des colères). 

La crainte des collectifs réunis à Poitiers face à cette feuille de route c’est que ne réapparaisse la volonté de faire fusionner dans un seul statut de « travailleur social » tous les métiers du social aujourd’hui existant.

Le travail en cours actuellement et sur lequel s’est penché ces rencontres nationales, c’est la volonté de faire une seule convention collective pour remplacer la CC 66, la CC 51, celle des CHRS et celle de la Croix Rouge avec bien sûr la crainte d’une convention collective revue à la baisse.

Au final, ces rencontres ont abouti à la formalisation d’un nouveau texte d’appel pour une grève nationale les 31 mai et 1er juin prochain.

*Livre vert = les constats / Livre blanc,= les préconisations

4/ Association Le Train 634269 (Collectif ferroviaire Clermont / Thiers / Boën / Saint-Etienne / Lyon )

Refaire lien entre Clermont et St Etienne avec l’ancienne voie de chemin de fer toujours existante.

Un collectif à Thiers et Boën sur Lignon (Ligne Bordeaux/Lyon).

Pour ce projet nécessaire de monter des projets avec les 6 interco traversées sur ce trajet = que des habitants sans aide fasse des projets (logistique, circulation, logique du dernier kilomètre, …)

Industrie du Forez (de la forêt)

Pb en ruralité : dès qu’un élu aide, cela chasse les autres !!

Asso citoyenne Trans partisane

L’association en question https://letrain634269.org/

Partage des lectures/films/articles/luttes… :

Lors de notre rdv du 22 février, nous étions pas loin de 10 pour échanger sur nos actu, problématiques, mobilisations et partager lectures, podcasts et liens

Les sujets abordés :

Lutte du dernier cinéma indépendant et associatif de Paris La Clef 

Le média Lien Social (où travaillait Marianne) : https://www.lien-social.com/

Parrainage des candidat.es aux élections présidentielles

Question du Pass sanitaire et le fait de contraindre des associations à le demander

Autour de l’illectronisme et du tout numérique

REVITALISATION CULTURELLE & Campagne L’Art Est Public

Interpellation des élu.es et des candidat.es aux élections présidentielle et législatives jusqu’à juin 2022, (de l’UFISC et de ses organisations membres) pour une voie culturelle de la diversité et de la solidarité.

Cette campagne s’appuie sur une plateforme de propositions « pour plus de liberté, d’égalité et de fraternité par la culture », qui reprend les propositions détaillées dans le Plan pour une revitalisation culturelle.

Gouvernance et bénévolat

CONTRAT D’ENGAGEMENT RÉPUBLICAIN

PROBLÈME DES INSTANCES DE RÉFLEXION AVEC DES EXPERTS ET ÉLU.ES SANS LES ASSOS

Rdv « laboratoire de la ruralité » (Nouvel outil expérimental au service des territoires ruraux vosgiens, le laboratoire baptisé Rur’Agilité est une instance de réflexion, d’expérimentation et de constructions de solutions sur tous les sujets relatifs à la ruralité) où monde associatif n’est pas du tout présent dans comité pilotage et experts… dispositifs « de l’aire du temps et élogieux : https://www.vosges.gouv.fr/Actualites/Presentation-du-Laboratoire-de-la-Ruralite-et-de-Jerome-Normand-directeur-de-projet-Ruralite

 « Conseil/découverte » à mettre en partage

Pour notre premier rdv du 2/12 à 9h nous étions une dizaine, parfait pour échanger sur nos actu, problématiques, mobilisations et partager lectures, podcasts et liens

En vrac, les sujets abordés :

  • 1er train de Fret de Railcoop

L’ambition de la coopérative Railcoop est de redonner du sens à la mobilité ferroviaire en impliquant citoyens, cheminots, entreprises et collectivités. Concrètement, Railcoop fera rouler des trains de voyageurs, trains de nuit, trains de fret, qui circuleront sur l’infrastructure existante

Temps d’interpellation à l’élection présidentielle, le Congrès de l’ESS sera l’occasion de rendre publics les travaux engagés par La République de l’ESS dans l’optique d’exprimer ce que l’ESS souhaite dire au monde !

  • La souffrance des soignants, suite du Ségur = travail social en lutte le 7 décembre

Le Ségur n’a pas revalorisé tous les secteurs (création d’inégalités), la crises sanitaire, les moyens manquants, les conditions de travail indécentes… les travailleuses et travailleurs di socialo et médico-social seront en lutte le 7 déc, même si les approches et positions diffèrent.

  • Grève nationale des travailleurs et travailleuses du social le 7 décembre

« Une grande perte de sens du travail, un fort manque de moyens financiers et humains qui entraînent une dégradation de l’accueil et de l’accompagnement des personnes vulnérables » [Lien Social]

– Pour en savoir plus sur le site du syndicat SNUASFP ou celui de Solidaires

– Retrouver la carte interactive des mobilisations ICI

  • notion de « care » – travaux de Cynthia Fleury

Petit bouquin  « le soin est un humanisme » paru en tract Gallimard

Podcast 8min (France Culture sur le tract Gallimard) : Cynthia Fleury, repenser le soin

Un rassemblement devant la Bourse de Paris aura lieu mardi 7 décembre 2021 de 18h30 à 20h à l’appel de la Coordination EAU Île-de-France, de l’ Université du bien commun, de Bassines NonMerci ! et d’Attac France.
L’initiative revient à l’ Agora des Habitants de la Terre qui organise des rassemblements similaires le même jour dans une dizaine de pays dans le monde

  • Utopia via d’ouvrir un café-librairie associative en plein Paris

Lieu où l’on pourra d’ailleurs peut être faire des réunions associatives ? Pour soutenir le projet, c’est ICI

Les avis de tous les réseaux, asso, militant.e.s avis nous intéresse, mais faites vite : avant le 14 décembre (on poursuivra ensuite sur une 2de vague)

Le formulaire en ligne est ici: https://mobilisations.associations-citoyennes.net/?SaisiEnquete